Nous aidons à contrôler le botulisme au Parc naturel des Aiguamolls de l’Empordà.

Le botulisme est une intoxication causée par la neurotoxine botulique, produite principalement par la bactérie Clostridium botulinum. C’est l’une des intoxications alimentaires les plus graves chez l’homme. Dans le même temps, il s’agit de l’une des maladies qui affectent le plus les oiseaux migrateurs, en particulier la sauvagine et les échassiers, affectant chaque année des milliers, voire des millions d’individus de nombreuses espèces différentes. Les espèces abondantes et largement distribuées supportent sûrement les pertes dues au botulisme, mais une seule épidémie peut avoir de graves conséquences sur la viabilité de ces espèces en danger ou ayant une distribution réduite.

Lorsque les spores de C. botulinum présentent des lacunes dans les sédiments sont dans des conditions idéales au développement des bactéries, qui peut directement oiseaux qui se nourrissent en filtrant les sédiments, ou à partir de vecteurs qui se produit accumuler de la toxine botulique. Pendant les épidémies de botulisme les plus fortes concentrations de la toxine qui se trouve dans les corps des oiseaux précédemment touchés, étant donné que les conditions optimales se produisent parce que les bactéries se développent (température élevée, absence d’oxygène et de matière organique). Les invertébrés qui se nourrissent de ces corps accumulent la toxine qui, une fois dispersée, sert de vecteur aux oiseaux qui les mangent. Celles-ci, une fois ingérées, deviennent intoxiquées et meurent, générant un nouveau substrat dans lequel C. botulinum et sa toxine se développent à nouveau. Ainsi, le cycle se nourrit jusqu’à ce que les conditions environnementales ne soient plus favorables.

Les conditions de C. botulinum se développera dans les sédiments sont principalement: le manque d’oxygène, à haute température, pH 7,5 à 9, le potentiel redox négatif et une augmentation de la matière organique. L’un des facteurs les plus importants est la température élevée, en plus d’être nécessaire pour les bactéries de se multiplier, peuvent affecter les paramètres chimiques de l’eau ci-dessus, avec un effet de chaîne due à une décomposition accrue de la matière organique, qui a un effet sur le pH et diminue l’oxygène disponible et le potentiel redox.

La première épidémie de botulisme au Parc Naturel dels Aiguamolls a eu lieu en 1998, a depuis été 6 épidémies majeures. Celles qui ont touché plus d’oiseaux et d’autres espèces différentes ont été les deux premiers, en 1998 et 1999, avec respectivement 945 et 698 oiseaux affectés.

 

Dans le cas des Aiguamolls de l’Empordà, les facteurs qui semblent avoir déclenché les conditions idéales pour le développement de C. botulinum sont divers. Tout d’abord, nous devons mettre en évidence les facteurs environnementaux liés aux conditions météorologiques, au moment de l’épidémie et au cours des mois précédents. Dans cette étude, nous avons vu que, bien qu’il n’y ait pas de relation significative entre la température, les précipitations et l’apparition de foyers de botulisme, oui ces facteurs semblent jouer un rôle majeur dans l’augmentation du risque d’épidémies. Ainsi, les années chaudes et sèches, durant lesquelles l’eau des lagunes diminue et, par conséquent, diminue également le niveau d’oxygène, sont susceptibles de souffrir d’une épidémie. Les années ont donné ces conditions, mais ont aucun cas de botulisme, il est susceptible d’avoir été évité grâce au travail qui a été fait l’eau ou l’influence d’autres facteurs. De toute façon, vous ne pouvez pas prétendre avoir un contrôle absolu sur le risque de botulisme et, en fait, certains auteurs disent déjà que certaines épidémies de botulisme peuvent simplement être imprévisibles.

Les paramètres chimiques de l’eau sont d’autres facteurs d’importance capitale. Als Aiguamolls, la modification du régime des eaux naturelles et artificiel de ce fait, peut avoir conduit à une augmentation de la concentration des nutriments et de matières organiques entraînant une augmentation de eutrophie. Une inondation excessive pendant les périodes précédant les premières flambées aurait pu entraîner une augmentation de la matière organique et des nutriments dans l’eau. D’autre part, l’un des plus sensibles aux cas des zones de botulisme est le système Construïts d’Aiguamolls d’Empuriabrava station d’épuration, où il y a une augmentation significative de la charge en éléments nutritifs, ce qui peut également apporter en été et eutrofia abaissement de l’oxygène de l’eau.

La raison pour laquelle une épidémie de botulisme a pu se produire peut en fait être une interaction de facteurs multiples, complexes et difficiles à déterminer, bien qu’ils montrent un ensemble de variables sur lesquelles nous devons être particulièrement vigilants.

Enfin, nous avons vu que la gestion préventive et la correction des épidémies de botulisme sont très complexes et impliquent une série d’avantages et d’inconvénients qui doivent être mis en balance lors de leur mise en œuvre. Dès le départ, la conservation des oiseaux est un élément clé de ce parc naturel, mais il est également important de conserver le reste des espèces animales et végétales du système de zones humides, ainsi que le fonctionnement de l’eau caractéristique des secteurs qui restent les plus naturels système.

Il est évident que les flambées de botulisme peuvent avoir un impact considérable sur la mortalité des oiseaux, un effet très visible qui se traduit par une perte très sensible et qui peut avoir des effets importants sur certaines espèces rares. Mais il ne faut pas oublier que l’application de mesures préventives de séchage pendant des périodes trop longues entraîne également des dommages importants en termes de faune et de flore, qui peuvent souvent être beaucoup plus graves, même si elles sont moins visibles. Ainsi, l’allongement des périodes avec de l’eau de certains secteurs, si disponible et sans altérer le rythme naturel de la zone, associé à une bonne surveillance pendant l’été pourrait être une bonne stratégie pour éviter les épidémies de botulisme, en maintenant les valeurs de ces espaces pour lesquels ils ont été protégés ou même créés. Il convient également de garder à l’esprit que, comme cela a déjà été mentionné ci-dessus, l’été peut être le reflet de la gestion effectuée tout au long de l’année sensible.

Malgré tout, nous devons garder à l’esprit que lorsque nous nous trouvons dans une région méditerranéenne où les étés sont chauds et secs, la gestion de l’eau devient une tâche encore plus difficile. Il n’est pas toujours possible de créer des alternatives avec de l’eau fortement oxygénée et la plupart d’entre elles réduisent parfois le niveau de l’eau de telle sorte qu’il est impossible de le récupérer à nouveau avec de l’eau de qualité. C’est pourquoi il est essentiel que, dans certains endroits, vous soyez particulièrement attentif à maintenir et à allonger les niveaux d’eau obtenus au printemps et à éviter qu’une descente soudaine ne puisse être récupérée avant l’automne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *